A propos de Pîncota

Pancota (hongrois Pankot, allemand Pankot) est une ville dans le comté d'Arad, dans la région de Crișana, Roumanie, à 37 km loin d’Arad, dans la zone centrale du comté, où la Plaine d’Arad rencontre les Montagnes de Zărand. La ville a une superficie de 70,9 km2 surface administrative. La ville gère aussi le village de Măderat.

LOCALISATION

La ville de Pâncota (Arad comté), se trouve dans le sud-ouest de la dépression Zarand dans la pointe nord des Vignobles d’Arad. Le village est traversé par le ruisseau Sodome, qui découle des Highis montagnes situées à 25km de Pâncota. La Plaine de Tisa, qui fait partie de la Plaine d’Arad, est interrompue par l'apparition d'une partie volcanique, au nord de la ville.

Les villes voisines sont : au nord Zărand et Seleuș, Târnova à l’est, Șiria au sud, et Sântana à l’ouest.

Selon la tradition locale, le vieux centre du village se trouvait au bas des Collines de Peleg, aux «vieux fermes ». Le prêtre catholique, Șerban d’Ineu mentionne dans une de ses notes que le nom dérive des mots latins « Stipan cubitum » qui signifient «coin de la colline».


Viile-Pincota-Maderat

L’ETAPE BENEDICTINE

La première mention du village de Pâncota apparaît dans un document de 1177, dont on se souvient, «le village de l’Abbé de Pâncota ». Depuis 1363 on connait le phoque de Pâncota, avec l'inscription "Sigillum hospitum de Pancota", ville avec le statut d'arrondissement.

L’Abbaye se trouve dans l'endroit connu aujourd’hui par les habitants comme "la forteresse turque".

Il comprenait quatre tours dans les coins de la forteresse, un couvent, une église et plusieurs bâtiments de stockage, écuries, grange et maisons des prêtres catholiques. Pour une défense plus efficace de la forteresse, elle était entourée par de fossés profonds avec de l'eau.

L’Abbaye a été complètement détruite par les Turcs en 1565.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA





L’ETAPE DIETRICH SZULKOWSZKY

Les colons fondèrent La Nouvelle Pâncota, l'emplacement actuel de la ville. La première rue habitée était l’actuelle rue Mărășescu, connu aujourd'hui par les anciens du village comme rue Luxembourg. En 1806, on a commencé la construction de l'église catholique, en utilisant les pierres de l'abbaye. Tous les ruines ont été utilisées pour la construction des écoles religieuses (1809), les caves, les fondations des maisons.

Pâncota avec les villages environnants a été achetée par le baron Jozsef Dietrich en 1805. Il a construit le château baroque, qui fut sa résidence d'été. Le château dispose d'un immense parc d'arbres d'ornement, des fleurs et des fontaines. Pendant la révolution de 1848-1849, Dietrich a voyagé à l'Amérique. Il a amené avec lui 4 arbres, quatre Gigantera Sequoia, des arbres qui vivent plus de 4000 ans. Les arbustes ont été plantés à Măderat et deux d'entre eux peuvent être encore admirés. Baron Dietrich avait une fille qui a épousé le prince polonais József Szulkowszki. Le prince a hérité tous ses biens après la mort du baron en 1855.


Viile-Pincota-Maderat

BREF HISTORIQUE DE LA VILLE

Ora et labora (latin), Prie et travaille, est la devise de l'ordre monastique bénédictine. L'ordre a été fondé par saint Benoît à Monte Cassino (Italie) en 529. Ce sont les plus anciens ordres religieux dans le monde. Les principes des bénédictins étaient la piété, l'obéissance, la prière et le travail. Par la construction d'églises et de monastères, la déforestation et l'agriculture, les écoles et les institutions, les bénédictins furent les véritables éducateurs et pionniers de l'Europe médiévale.

Les moines bénédictins installés dans Pâncota, selon le commandement du roi hongrois Bela III, en 1177, ils ont construit un monastère, travaillaient la terre, et ont planté des vignes, parce que cet ordre catholique permet le vin dans les cérémonies religieuses.











L’ÉTAPE TURQUE

En 1565, les Turcs ont assiégé et démoli Pâncota. L’occupation ottomane a duré 130 ans. En 1695 ils ont quitté la ville, détruisant tout ce qui restait debout. L'histoire note qu’ils ont pris huit garçons avec eux, huit garçons à tourner dans des soldats janissaires pour l’armée turque. Dans un acte de donation-document de 1,651, le roi hongrois George Rakoczy II rappelle que Pâncota est un village abandonné, et en 1726 le roi Charles III donna le village au Raynald, prince de Modène. Il échoue parce que le territoire était inhabité. Pendant l’étape turque, un bain turc a été construit dans les contreforts de Pelegu parce qu'il y avait une source d'eau chaude. La source est arrêtée pendant leur départ.



Castelul Dietrich Schulkowsky

 LES ROUTES D'ACCES

Par voiturePar busPar trainPar avion
 

- route de comté DJ709 Pâncota-Arad (39,6KM). (Voir l'itinéraire sur Google Map)

- route de comté (E68) DJ708B Păuliș -Pâncota (27,3KM) - La Route du Vin (Voir route sur Google Map)

- Arad, Pâncota (41,0KM) (consulter les horaires - horaires et tarifs) (Note: Ecrivez Pincota sur le formulaire de recherche(au lieu de Pîncota /Pâncota).

- L'aéroport international de Arad (website)

- L'aéroport international de Timisoara (website)

CLIMAT

La ville de Pâncota est située dans la province du climat continental-tempéré, modéré, avec des influences océaniques, des hivers pas trop froids et des étés chauds.

La température de l'air

La température moyenne annuelle de l'air est maintenue à Pâncota environ 10,8°C. En regardant les températures en Janvier, le mois le plus froid de l'année, on observe que les valeurs thermiques annuelles varient entre 0,3 et 1,5° C, étant plus élevés que dans la Plaine Roumaine ou le Plateau Moldave. Ces valeurs sont une indication de la nature modérée de l’hiver.

Le fait que dans cette région du pays les hivers sont plus doux est prouvé aussi par les valeurs thermiques dans les autres mois de la saison de chauffage (0,9° C en Décembre et 2,5° C en Février). La température moyenne de l'air calculée pour la période d'hiver est de 0,9 ° C.

Juillet, considéré le mois plus chaude de l'année, se caractérise par des valeurs thermiques élevées, entre 28 ° C et 31 ° C. La température annuelle moyenne ce mois-ci est maintenue autour de 20,3 ° C.

Le premier gel a été enregistré dans la dernière décennie de Septembre (le 29 Septembre) et le dernier dans la troisième décade de mai (le 21 mai). La période de gel possible à 134 jours par an. Après les observations, la plupart des jours de gel est enregistrée en Janvier (27-28 jours en 1975) et Décembre (17 à 18 jours en 1975). Le nombre de jours sans gel est de 215-220 jours par an, contre 172 dans le Plateau Moldave, ou 182 en Ialomiţa, plaçant Pâncota pendant les parties du pays avec la plupart des jours avec des valeurs thermiques positifs. L'étude nous permet d'apprécier le régime thermique: des hivers pas trop froids, et qui sont assez courte comme durée, la transition entre le printemps et l'été étant souvent soudain. Les automnes sont généralement longs et chauds, favorisant la maturation et la récolte des cultures.

Conditions de vent

Le mouvement des masses d'air dans notre région présente différentes directions et intensités en fonction de la saison, les vents du sud-sud-est et nord-nord-ouest étant dominantes, dont la fréquence varie entre 45% et 60%.

En hiver, le vent vient du SE, à travers le couloir du Mureş et apporte généralement un temps sec. Lorsque le vent du nord souffle, il apporte la neige et le mauvais temps.

Les vents du printemps viennent du NW et SE. Le NW mettre fin au gel et aux gelées printanières. Il est accompagné par des pluies et des tempêtes de grêle.

Les vents d'été viennent de l’ E et SE. Les vents de l’E apportent généralement de pluies riches. La présence de la masse de montagne près le processus de condensation intensifie les précipitations caractéristiques à la fin du printemps et au début de l'été. Rarement, en été, il y a un vent de nord -apportant des averses de pluie et de grêle avec des orages.

Les vents d'automne viennent du SV. Ils apportent le soleil et peu de pluie. Quand le vent de nord-ouest souffle, il apporte le gel. Le résultat de l’étude de régime et fréquence du vent prouve que la plupart des dégâts aux cultures sont amenés par les vents de NW qui affectent généralement les jeunes plants d'arbres fruitiers, les vignes et cultures non échues.

 RELIEF

Peu d'Arad comté villes ont un relief constitué tel harmonieusement que la ville de Pâncota. A partir des crêtes boisées du massif Highis-Drocea, que dans le SE du village Măderat (la colline Cioaca) atteignent 342 m, jusqu’au canal « Matca »  à l'ouest du territoire, le paysage descend en continu, d'abord raide, puis plus doux, atteignant des altitudes comprises entre 80 et 100 m près du canal.

Situé dans le sud-ouest de la dépression de Zărand, le territoire de notre village a une genèse similaire à la dépression, en étant formé  grâce à un massif hercynien enfoncé.

La structure géologique de la région est composée principalement de dépôts quaternaires (sable, gravier, argile). L’épaisseur de ces dépôts varie entre 50 et 100 m.

L'existence des dépôts d'argile bien développés, exploités de manière systématique et rationnelle, a permis l'apparition dans ces parties de l'industrie manufacturière, représentée par l'usine de briques. L'existence de cette entreprise explique pourquoi la plupart des bâtiments de Pâncota est construite avec de briques cuites.

La présence de roches volcaniques a facilité l'ouverture des carrières qui ont fonctionné pendant une longue période, fournissant du matériel pour paver un grand nombre de rues et de pierre nécessaire à la construction des bâtiments.

En termes de géomorphologie, la localité est une unité morphologique et structurelle bien définie.

Dans cette unité, les différences d'altitude ne sont pas trop grandes (342 m Cioaca Măderatului colline, et 80 m dans la zone basse du nord-ouest de la ville).

La grande douceur du relief et les aquifères peu profonds expliquent l’accumulation de l’eau pendant des longues périodes au cours des printemps humides, empêchant les travaux agricoles ou la dégradation des pâturages.

Les vallées sont ici superficielles, et la pente de drainage est petite, en donnant l’impression que l'eau reste debout en place de couler. Pour l'amélioration de ces terres, depuis la seconde moitié du dernier siècle, on a fait vastes travaux d’hydro-amélioration, pour éliminer l'excès d'eau.

L’absence des collines de piémont au contact du massif Drocea avec la plaine est due aux mouvements de subsistance locales ou à la position du piémont entre les deux bassins principales, le bassin de Mures et le bassin de Criș, qui attirés par les zones plus basses dans la vallée de la Tisza, n’ont pu pas obstrué le secteur entre les deux grands cônes alluviaux construits par le Criș Blanc au N et le Mureș au S.


 L'emblème officiel de la ville Pancota

L’emblème officiel de la ville a été adopté par la décision du Gouvernement no. 128/2012. Il se compose d'un bouclier triangulaire avec des bords arrondis, découpée. Haut dans le champ rouge, il y a une forteresse, argent et noire, crénelé, avec deux tours rectangulaires avec deux fenêtres. Dans la voûte de la porte ouverte il y a une croix d'or, qui opprime un croissant d'argent. Sur le dessus de l'écran dans le champ bleu, il y a un caducée noir, flanqué à gauche et à droite par des feuilles de vigne et par des raisins, enlacés sur un arac, tout d'or. Le bouclier est estampillé par une couronne murale à trois tours crénelées d'argent.

La signification des éléments additionnés

La porte de la ville symbolise la ville de Pâncota, construite au XIVe siècle. La croix et le croissant signifient les batailles défensives contre les Ottomans, survenues dans la région au XVIe siècle. Le caducée signifie les affaires faites dans la ville. La vigne représente la principale occupation des habitants, la viticulture. La couronne murale avec ses trois tours crénelées signifie que l’établissement a le statut de ville.