Forteresse turque de Pîncota

Le site a été connu depuis le XIXe siècle, quand un certain nombre de fouilles d’amateur ont été effectuées, fouilles qui ont révélé l’intérieur de la ville, les ruines d’une église, et plus de 60 tombes dans le cimetière à l’extérieur. Grâce à ces interventions, quelques dessins sommaires ont été faits, qui montrent plusieurs variantes d’un lieu de culte planimétrique doté de décoration murale exceptionnelle. Perdue pendant beaucoup de décennies, jamais traitée scientifiquement, cette «documentation» a été récupérée en partie par Zsuzsanna Heitel. À l’aide d’une analyse approfondie des détails de conception et artistiques, elle a avancé l’hypothèse que l’église de Pâncota a d’analogies parfaites dans l’architecture au sud du Danube des siècles X-XI, représentant ainsi un maillon important de son transfert vers l’Europe Centrale.

Entre 2000-2006 cinq campagnes ont été menées, qui ont redécouvert le plan de l’église avec l’une des parts du cimetière. Dans la dernière campagne, une vague de terre a été sectionné, qui ne conserva que les traces médiévales. L’équipe qui coordonne les fouilles se compose de Dana Marcu-Istrate – directeur de recherche, Ioan Fedor Pascu (SC Damase SRL), Zsuzsanna Heitel (Institute de l’Histoire de l’Art de Bucarest), George Pascu Hurezan, Florin Mărginean et Zsuzsanna Kopeczny (Musée d’Arad).

Informations complémentaires: Rapport de recherche site archéologique